AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Claire Perry

Aller en bas 
AuteurMessage
Claire Perry

avatar

Féminin Nombre de messages : 87
Age : 22 ans
Pêché : Mmm... Luxure, Gourmandise... Orgueil ? Peut-être...
Date d'inscription : 22/08/2007

Fiche VIP
Taux VIP:
40/100  (40/100)
Résolutions:

MessageSujet: Claire Perry   Jeu 23 Aoû - 12:06

I .

Nom : Perry
Prénom : Claire
Surnom(s) : Etant donné le cadre de vie dans lequel la jeune femme a baigné dès sa toute petite enfance, elle ne garde aucun souvenir de surnoms ou de diminutifs qu’auraient put lui attribuer les différentes nourrices qui ont tenté de parfaire son éducation, ou, solution encore plus improbable, ses parents. Ignorant cette tendance de plus en plus axée sur les surnoms partagés entre amis, Claire ne peut s’empêcher d’hausser un sourcil méprisant au vu du nombre d’« Hell », « El’ » ou même « Elle » qui ne cesse d’augmenter depuis l’apparition du fameux livre de Lolita Pille. Après tout, dans un monde où l’on a vite fait de paraître superficielle manquer d’originalité est la pire des choses…
Age : 22 ans
Date et lieu de naissance : Claire Perry a vu le jour dans l’une des cliniques privées les plus en vue de Boston bien que la plupart de son enfance ce soit passée entre Los Angeles et New York. Elle poussa son premier cri un certain 7 avril 1985 au grand dam de sa mère qui mit dix longues années à se souvenir de cette date.
Métier : [ Facultatif ] Claire vit des rentes qu’elle hérité de son père, ainsi que d’un certain cachet envoyé chaque mois à la jeune femme part un vague cousin gérant de la dernière entreprise encore en marche de l’un de leur aïeux en échange de son refus net de ses droits sur la petite société.
Résidence : Elle vit seule dans sa toute nouvelle folie : un splendide appartement dont elle n’a put d’ailleurs, admirer la somptueuse décoration que le jour de son emménagement.

II .

Caractère : Claire est pour ainsi dire une incorrigible égocentrique qui ne fait, mais absolument rien pour s’arranger. Bien que peut portée sur les discussions superficielles et puériles, la jeune femme se montre intarissable lorsqu’il s’agit d’elle-même. Et plus on lui reproche son égoïsme et sa puérile attitude narcissique, plus la jeune femme est persuadée d’être en tout point la jeune femme la plus charismatique de son entourage. A vrai dire, elle se montre totalement intouchable à toute les injures et réflexions que certaines personnes peuvent faire pleuvoir sur sa personne pour la simple et bonne raisons que Melle Perry se démontre être une réelle « Je m’en foutiste ». Attitude sacrément paradoxale étant donné le monde superficiel et immoral dans lequel elle vit, avec délectation d’ailleurs. La vérité est la suivante, tout cet argent claqué en fringues et autres accessoires indispensables pour une fashionata new-yorkaise sont destiné à son plaisir à elle et à elle seule. Vous l’avez compris, Claire marche selon sa propre ligne de conduite qui se résume à peu près à sa : « Tu m’aimes tant mieux, tu me détestes tanpis… » De plus les relations et amis de la jeune femme sont pour la plupart du temps des gens ayant compris qu’elle aspire à autre chose que de simple discussion futiles sur le « Qui couche avec qui ? ». Appuyée par son physique quasi poupin et cet immense culot qui est le sien, la jeune femme s’amuse parfois à choquer les plus prudes de ses proches avec des mots ou même des gestes d’une crudité… toute adolescente. Indifférente de l’image d’elle même qu’elle laisse au gens, Claire passe souvent pour LA peste du jour qui remet à sa place les gentilles petites gourdes et les crétins prétentieux se prétendant irrésistible. Car si il y a bien une chose agréable en ce bas monde de fieffé ignorants et aux conversations sans fonds, c’est bien le plaisir inné d’une conversation entre gens cultivés. Hé oui, ce n’est pas tout d’être capable de s’enfiler six verres de gin tonic si l’on ne tient même pas la route par la suite ?
Vous l’aurez bien compris, du haut de ses courtes vingt-deux années, la jeune Claire Perry cultive une personnalité des plus complexes ce qui la rend encore plus charmantes aux yeux de ceux qui l’apprécie et plus détestables aux yeux de ceux qui ne voit en elle qu’une sale peste prétentieuse, maniérée et complètement accro à la drogue.


Goûts : Grâce à la parfaite éducation qu’elle a reçut (mais pas toujours suivie) lors de sa scolarité dans l’une des plus éminentes écoles privées de la côte, la jeune femme bénéficie d’une culture stupéfiante pour quelqu’un de sa génération et surtout au vue de ses goûts immodérés pour la drogue où alcool et coups d’un soirs coulent à flots. Posez lui des questions pour tester ses connaissances dans n’importe quel domaine que ce soit et qui, bien sur soit à sa portée…

Apparance Physique :Claire possède une beauté singulière, totalement à l’opposé de son caractère orageux. Du haut de son mètre soixante-quinze, la jeune femme s’accorde pour dire que c’est LA taille parfaite en tout point. D’ailleurs personne ne viendrait la contredire à la vue de ses longues jambes fuselées et de cette délicieuse démarche féline qui ait la sienne. Ajoutons une taille extrêmement mince et vous me direz qu’elle ressemble à n’importe laquelle de ses jeunes filles branchées et non moins charmantes qui peuple Big Apple. Seulement Claire n’est pas seulement ça, une jeune et jolie fille branchée. Non, car bien loin du stéréotype de l’immense blonde aux formes quasi inexistante et aux grand yeux bleus respirant d’une sensualité… à la limite du vulgaire… Non il existe en la jeune femme quelque chose en totale contradiction avec son tempérament, voir même avec sa nature : la fragilité. Car c’est bien ça, l’incroyable finesse de ses traits et la délicatesse du tracé de ses lèvres, fines, tellement dans ce petit visage légèrement aigu laisse les plus imaginatifs d’entre nous comparer la jeune femme à une adorable poupée de porcelaine… Seul hic pour les rêveurs, lorsque la poupée est en animation (c’est à dire la plupart du temps). Il est vrai que cette hyperactivité si propre à la jeune miss Perry ne convient pas vraiment à son physique irréprochablement angélique. Mais on lui pardonnerait presque tout, tout sauf cette éclat si froid que prenne ses yeux à la couleur indéfinie, Verts ? Bleus ? Gris, peut-être ? Même elle ne saurait le dire, malgré des heures et des heures passées à contempler son reflet où à ré-appliquer une fine couche de mascara sur les longs cils qui bordent ses paupières. Souvent, après une longue observation de sa silhouette aux formes à peines marquées et de ses traits si délicats qu’une cascade de boucles châtains quasi-enfantines se sont pris à la comparer, non pire- ou mieux, d’ailleurs selon les points de vue de chacun – à la traiter en ce qu’elle est finalement, une femme-enfant.

Points Forts : Claire possède une culture formidable qui non seulement lui confère une satisfaction immense (et non la modestie ce n’est pas vraiment sa tasse de thé) mais en plus a l’immense avantage de faire taire toutes ses mauvaises langues qui se complaisent dans l’art de faire passer n’importe qui pour une potiche. De plus malgré son égocentrisme marquée, la jeune femme possède une valeur de l’amitié assez controversée mais très ancrée. Alors oui, elle est prête à poser un lapin pour une broutille mais certainement pas à abandonner une copine dans le besoin, ce n’est tout de même pas un monstre d’égoïsme, enfin…

Points Faibles :Belle, voire charmante quand elle veux mais… très têtue. La sainte et prenante hantise de Claire ? Avoir tord. Pire encore, être obligée de le reconnaître. Et oui, l’orgueil de mademoiselle lui aussi est très… développé et ne cesse de hanter les conversations hautement subtiles qu’elle se permet avec les gens presque aussi cultivés qu’elle.

III .

Histoire : Pour comprendre comment l’attitude jeune femme peux paraître aussi contradictoire, voir même paradoxale, il faut remonter loin très loin. Vingt-trois ans plus tôt.
Lorsque la mère de Claire fit la connaissance de Dan Perry, elle avait à peine dix-neuf ans et tout comme lui, était issue de cette classe de privilégiés qu’aujourd’hui la plupart appelle la « Jeunesse Dorée ». Mais c’est ici que s’arrêtait toute ressemblance, car contrairement à lui, Alicia Malone n’était qu’une sage petite fille de riche, qui de temps en temps se permettait le verre de trop une soirée. Rien avoir avec le jeune droguée au passé dépravé et aux casier déjà plus tôt bien remplit du haut de ses vingt-quatre ans. Seulement Dan était charmant, trop charmant et dans ses yeux bleus chaque regard devenait une promesse de caresse et de douceur. Alors, lorsque la douce Alicia serra la main du jeune homme pour la première fois, il garda les long doigts fins quelques instants encore au creux de sa paume. Le vertige la prit, elle ne pouvait plus détacher ses yeux de ceux de cet homme jusque là inconnu. Cette nuit-là fut la leur comme beaucoup d’autres par la suite, mais surtout se fut pour la jeune Malone ses premiers pas dans le monde beaucoup plus coloré et irréaliste des drogués. Elle ne pouvait plus se passer de lui et de se plaisir de plus en plus intense qui à chaque fois véhiculait dans ses veines. Alicia et Dan se déchiraient à longueur de journée, poussés par la possessivité du jeune homme et la destructrice passion des deux jeunes gens pour la drogue. Pourtant, il revenait toujours vers elle, les lettres enflammées ou mots d’amours et injures s’alternèrent sans jamais casser la boucle ininterrompue de ce jeu du « Je t’aime moi non plus » qu’était le leur. Puis vint cet enfant que ni l’un ni l’autre ne se sentait près à assumer, pourquoi l’avoir gardé alors ? Personne n ele sut vraiment, ni Alicia, ni Dan et encore moins les parents de la jeune femme avec qui elle avait coupé le contact depuis sa rencontre avec lui. Etrangement la période où elle fut enceinte fut la seule où Alicia se préoccupa de la santé de sa future file, évitant le plus possible la drogue et l’alcool au point d’en devenir aigrie et constamment proche de l’hystérie surtout après la nouvelle fuite de Dan. Peut-être l’avait elle toujours sut ou peut-être étais-ce que les excuses du père de son enfant se ressemblait toute lorsqu’il revenait vers elle mais la jeune femme savait qu’il voyait d’autre femmes, souvent. Mais jamais elle n’avait douté une seule seconde, il revenait, toujours. L’enfer de l’accouchement, Alicia le vécut seule, tout comme les cris insupportables de l’enfant chaque nuit, du moins les premiers soirs. Après il revint comme toujours et l’insupportable manque qui parfois l’emplissait toute entière devint moins douloureux mais présent, toujours et encore. Ce fut une petite fille, non, elle ne savait pas encore le nom qu’elle voulait lui donner, oui elle voulait bien qu’on lui en propose. Claire. Premier prénom proposé, premier retenu. Comme la plupart des choix importants qui émaillèrent par la suite la vie de leur fille, Dan et Alicia laissèrent les autres choisir à leur place.
A peine rentrés, leur vie reprit lentement son court sans qu’ils se soucient du nourrisson, fêtes où alcool et drogues coulaient à flot, jeux dangereux et violents. L’enfance et une partie de l’adolescence de Claire ne connurent que ça, fêtes immenses et parents toujours plus ou moins stones sans compter l’équilibre instable qu’essayait d’installer les nourrices dans sa vie et cet autre monde bien différen,t du sien qu’elles appelaient école. Les services sociaux ne s’enquirent jamais des conditions de vie que subit la petite fille pour la simple et bonne raison que l’argent de son père avait sur les gens un ascendant immense. Et puis, la vie de la jeune miss Perry n’avait rien de cauchemardesque, ses parents n’apparaissaient dans sa vie qu’à de très court intervalles et s’arrangeaient toujours pour que se soit les rares fois où il était clean. Elle ne manqua jamais de rien sinon d‘un peu d’autorité, chose qui apparemment n’était pas le fort des différentes nourrices et gouvernantes qu’elle connut. A vrai dire ce n’est qu’à partir de quinze ans que la vie de la jeune fille s’accéléra. L’enfant solitaire et introvertie qu’elle était fut vite changée par l’inévitable spirale de l’adolescence. Peu à peu elle prit conscience que son regard sur les hommes en général et surtout celui qu’ils lui portait avait beaucoup changé, ce qui n’était pas pour lui déplaire. Contrairement à la plupart de ses actuelles amies, Claire ne devint pas LA FILLE POPULAIRE de son lycée, au non, mais n’en sembla pas troublé pour autant. Déjà, la jeune fille savait s’entourer de gens qu’elle jugeait essentiel et l’hostilité permanente que faisait régner les autres élèves sur elle et tout ceux qui la soutenait ne la traumatisa pas vraiment. Cela faisait longtemps qu’elle savait que ses parents se droguaient et les paroles haineuses de tout ses petits bourgeois avides de ragot ne la blessait pas. Depuis qu’elle était en âge de comprendre le comportement d’Alicia et Dan, une indifférence à peine cachée c’était instaurée entre la jeune fille et ses parents. Pourtant un soir, son père passa la prendre, poussé par on ne savait qu’elle coup de tête il s’était décidé à présenter sa fille à « ses amis ». Bien entendu, Claire profita de l’irresponsabilité de ses parents pour faire connaissance avec ce qui était leur lot quotidien, à eux. Et y prit goût. Sans en devenir complètement dépendante tout comme ses parents, mais se mit à s’accorder des petits éclats de folies, fêtes arrosées, utilisation scandaleuse de sa carte gold et surtout une petit joint de temps en temps.
A bien regarder, finalement Claire n’a pas tellement changée depuis ses quinze printemps, un peu de culture, un soupçon (mais vraiment infime alors) de maturité en plus et la brusque overdose de son père, et hop sa y est la miss devient majeur et follement ennuyée par sa monotone vie à Los Angeles. Quelques e-mails envoyées par-ci par-là à quelques connaissances et la mise en place d’une rente pour s’assurer quand même que sa mère ne manque de rien et voilà que la jeune femme se retrouve dans l’avion pour New York avec en perspective, un nombre incalculables de virées shopping et de fêtes endiablées.


IV .

Avatar : Darla Baker
Pseudo : Patate (L)... Hum mais contentons-nous de Aude.
Age : 14 ans
Sexe : Féminin
Nombre de fois où vous serez environ présent sur le forum : Une à deux fois par semaine en temps normal.
Où avez-vous connu le forum? Par quelqu’un… Huhu mais je ne sais pas qui elle est ici…


Dernière édition par le Jeu 23 Aoû - 14:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Hole
Admin | Pretty Smile
avatar

Féminin Nombre de messages : 279
Age : 34
Citation : ... Donne a ta vie une chance d'etre belle et elle te le rendra ...
Age : Me !
Pêché : * LuXure *
Date d'inscription : 10/08/2007

Fiche VIP
Taux VIP:
40/100  (40/100)
Résolutions:

MessageSujet: Re: Claire Perry   Jeu 23 Aoû - 14:25

Ca me parait tres bon
Bienvenue et bon jeu
Validée

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Claire Perry
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Permission méritée [Claire]
» TINA CANICHE CLAIRE 12 ANS URGENT EN BOX (LILLE 59)
» Une nuit claire...
» Rick Perry vs Barack Obama
» Combat 2: Katy Perry vs. Mariah Carey

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: In second place :: Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers: